Un conte de sage IV // A wisdom tale IV

Une fois par mois je partagerais un petit conte illustré, pour parler d’une pensée, raconter une jolie histoire ou un peu de philosophie.


Once a month I ‘ll share an illustrated tale, to talk about a thought, tell a tale or speak about philosophy.


Des voyageurs venus d’Inde avaient emmené un éléphant avec eux et l’animal était parqué dans une pièce obscure. Les curieux voulant savoir à quoi ressemblait un tel animal le touchèrent, à défaut de pouvoir le voir.

L’un des passants caressant la trompe de l’éléphant s’écria :

-Cet animal ressemble à un gros tuyau !

Un autre, touchant les oreilles répondit :

- On dirait plutôt un grand éventail !

Et le troisième qui caressait l’une des pattes s’exclama :

- Mais non ! Ce qu’on appelle éléphant ressemble à une grosse colonne !

Chacun d’eux décrivait l’éléphant à se manière, suivant la partie du corps qu’il touchait.

Mais s’ils s’avaient eu une chandelle, leurs avis n’auraient sans doute pas concordé pour autant, car nos yeux nous trompent aussi souvent que le bout de nos doigts;


Travelers coming from India brought an elephant with them and the animal was put in a dark room. People were curious to know what this elephant looked like so they decided to touch it as they couldn’t see it.

The first one, touching the animal’s trunk said:

-This animal looks like a big pipe!

Another one, whilst touching the ears, answered:

- It looks more like a fan!

An the third one, stroking the elephant’s feet said:

-Not at all! This elephant is like a pillar!

Each of them was describing the elephant in their own ways depending of where they were touching it. Had the had a candle, they might not have agreed with each others, as our eyes lie to us as much as our fingers.


Rûmi

Cloé Auneau